Fête de sainte Anne, sainte Patronne de Polignac. 12 septembre 2021.

Frères et sœurs, la deuxième lecture est un des plus belles pages du Nouveau testament, un extrait du chapitre 11 de la Lettre aux Hébreux, un petit exposé sur la Foi, où revient sans cesse l’expression comme un leitmotiv : « grâce à la foi, grâce à la foi.. ; »

La foi chrétienne c’est quoi ? C’est un composé de trois éléments qui se conjuguent. Un peu comme si vous mélangez du sable, de l’eau et du ciment vous obtenez du béton. Pour avoir une foi en béton, il faut la foi confiance, la foi connaissance et la foi action. En partant de sainte Anne, développons.

La foi connaissance : Sainte Anne, maman de la Sainte Vierge Marie, et grand-mère de … Jésus. Est-ce qu’on peut dire qu’elle est la grand-mère de Dieu ? Histoire authentique : un dimanche, un petit gars de 10 ans pose la question à son oncle prêtre « Tonton, mercredi, au catéchisme, je crois que Monsieur le curé nous a dit une bêtise. Il nous a dit que la Vierge Marie était la Mère de Dieu. J’y ai réfléchi, ça ne se peut pas. »   Le tonton prêtre, qui est aussi un théologien reconnu, lui dit : «  Eh bien, figure-toi que tu penses comme un grand évêque d’Antioche du Vème siècle. » Il sent alors le petit Thomas tout fier. Mais il poursuit : « Cependant, le concile d’Ephèse en 431 lui a donné tort. Marie est bien la Mère de Dieu. »  Et Sainte Anne est bien la grand-mère de Dieu.

La question est celle-ci : qui la Vierge Marie a-t-elle enfanté ? Tout le monde est d’accord pour dire « Jésus. » Mais qui est Jésus ? Les chrétiens proclament qu’il est Dieu le Fils, le Verbe éternel. En disant que Marie est la mère de Jésus, on sous-entend qu’elle est seulement la mère de ce qui est humain en Jésus, puisqu’elle ne saurait être Mère de ce qui est divin en lui et qui l’a précédée de toute éternité. On divise alors le Christ en deux parties : l’homme, dont Marie serait la mère, et le Dieu éternel. Or, c’est justement cette division en deux blocs impossibles à rassembler que la foi chrétienne exclut absolument.

Celui qui est né de Marie est un seul et le même. Il est celui qui de toute éternité, comme Dieu, est créateur tout puissant, infini et miséricordieux, le même qui tient aussi de sa conception en Marie son humanité, une intelligence et une volonté d’homme, un cœur d’homme pour vivre et pour aimer, une âme immortelle et un corps capable de mourir et ressusciter, des mains pour travailler et des pieds pour parcourir la terre, exactement comme nous autres. Sainte Anne récitait cinq fois par jour le Shema Israël… « Ecoute Israël, le Seigneur est l’unique Seigneur, le Seigneur est Un » La foi c’est un contenu précis. Mettons notre fierté à le découvrir.

La Foi confiance. On raconte qu’un moine trappiste très savant mais très distrait respectait les temps de récréation mais pour ne pas perdre son temps, se promenait en lisant. Absorbé par sa lecture il n’a vu passer ni le temps ni la distance et en fin d’après-midi il se trouve très loin du monastère. La nuit tombe d’un coup, il se perd. Soudain, il met le pied dans le vide. Il était au bord d’un ravin abrupt. Il dégringole en lâchant le livre et glisse le long de la paroi ; on ne sait par quel miracle il arrive à se raccrocher à une branche qui arrête sa chute. Mais il reste là suspendu dans le vide… Il fait nuit noire. Il n’y a pas de lune. Il ne voit rien du tout. Il reprend son souffle puis se met à crier : « Au secours ». Seul l’écho lui répond. Le monastère est loin. Il crie plusieurs fois malgré tout, puis dans le grand silence qui suit, il a la surprise d’entendre une voix venue du Ciel : « Lâche tout ! » Il crie à nouveau. La voix reprend  : « Abandonne-toi ! Aie confiance ». Alors lui : « Y a pas quelqu’un d’autre là-haut ? » …. ! Mais à force de rester suspendu, ses doigts s’engourdissent et ses bras n’en peuvent plus. Il finit par lâcher prise ; le sol n’était qu’à un petit mètre …! Sainte Anne a vécu de Confiance dans le Seigneur. Elle a préparé le Oui de sa fille à l‘ange Gabriel.

La foi action. Quelle foi pour Moïse de lever le bâton et de frapper le rocher simplement parce que le Seigneur le lui demande ! Imaginons la scène. Et s’il ne se passe rien !? Il aura l’air malin devant tout le peuple qui marmonne et est prêt à en venir aux mains ! Sainte Bernadette Soubirous, lors de la 9ème apparition le 25 février 1858 a posé le même acte de foi. Sur la parole de la Vierge Marie, elle gratte la terre au fond de la grotte du rocher de Massabielle. Elle porte de la boue à sa bouche et se fait prendre pour une « dérangée ». C’est seulement quelques heures plus tard que l’eau jaillira à flots pour ne jamais s’arrêter (depuis 163 ans !) et provoquer plusieurs guérisons dès les premiers jours.

Quand nous posons un acte de foi que ce soit pour prier, pour aller à la messe, pour répondre à une invitation lancée par la paroisse, pour rendre visite à un malade, pour se confesser, nous sommes comme Moïse qui lève son bâton. Et s’il ne se passait rien ?! Mais le Seigneur bénit nos actes de foi.

La foi est agissante ou elle n’est pas une vraie foi. La foi nous bonifie, la foi nous améliore.

La foi, c’est personnel, mais aussi social.

La foi, c’est intérieur, mais cela doit se remarquer.

La foi, c’est intime, mais aussi visible

La foi, c’est connaître Jésus, c’est lui faire confiance, lui donner sa vie, mais c’est aussi porter les autres devant Jésus…

Soyons porteurs de foi :

  • comme une maman porte son enfant dans la patience,

Porteur de foi :

  • comme un facteur porte le courrier avec application et assiduité

Porteur de foi :

  • comme un arbre porte des fruits avec détachement

Porteur de foi :

  • comme on porte le nom de chrétien, avec fierté et humilité

Porteur de foi :

  • comme un livre porte titre avec clarté et visibilité

Porteur de foi :

  • comme on porte une responsabilité avec courage

Porteur de foi :

  • comme on porte témoignage, avec amour

Porteur de foi :

  • comme on porte la tête haute avec reconnaissance

Porteur de foi :

comme on porte la contestation avec un esprit un peu farouche, rebelle et opiniâtre.

La foi s’intéresse au bien commun, pas seulement à son bien propre. Car la foi est d’utilité publique.  Amen !